Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 12:27
Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 12:26
Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 12:25
Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 12:24
Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 12:14
Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 12:13
Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 12:02

AU COEUR DU VIVANT Une nouvelle espèce d'homme est en train de naître. Elle détruit les structures périmées et prépare ainsi le terrain de la transmutation. La Science s'est fourvoyée dans l'approche du vivant, car elle ne prend en compte que le corps physique. Nous sommes plus que cela. L'auteur nous informe de l'existence de champs invisi-bles qui créent la matière et la modèlent en l'informant. La maîtrise de ces champs qui survivent à la désagréga-tion du corps physique laisse entrevoir au biologiste d'innombrables possibilités qu'une science rationaliste, et donc réductrice, ne peut concevoir (réincarna-tion, karma qui implique une responsabilité de nos pensées, paroles et actes, etc.). Tout est conscience-énergie, et l'homme prisonnier de ses sens et de son mental n'en est pas encore conscient. Jacqueline Bousquet réconcilie la Science et la Tradi-tion, le savoir des initiés et les dernières découvertes scientifiques, afin que s'incarne un nouvel art de vivre sans conditionnement d'aucune sorte et dans le respect de l'environnement pris comme un Tout. La liberté est à ce prix, ainsi que notre survie. Dans un court délai, ce qu'elle dit aura un impact incalculable sur le monde. Ce livre interpelle autant l'esprit scientifique que l'es-prit de celui qui cherche un sens à sa vie. Il peut être la base de profondes réflexions, voire de méditations.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 20:55

 

Le Calendrier Maya et l'Art de Rêver

Par Kenneth Johnson


L'un des aspects du travail avec le Calendrier Sacré en tant que

chemin spirituel est l'art de rêver. Trop souvent, nous négligeons cet

outil simple mais puissant. Et pourtant, nous rêvons tous - et bien que

certains d'entre nous n'aient pas de penchant particulier pour

l'astrologie ou la divination, nous avons tous la capacité d'acquérir la

sagesse et la guidance à partir de nos rêves. En fait les Mayas eux-

mêmes ne négligent jamais l'art de rêver. Les rêves des apprentis

Gardiens des Rêves sont toujours étroitement surveillés par leur

enseignant car ils constituent une partie essentielle de leur

formation spirituelle.

Selon les Mayas, chaque être humain naît avec deux âmes.

Le mot espagnol 'anima' est souvent utilisé

pour décrire cet aspect de l'âme car il est identique à ce que les

chrétiens catholiques considèrent comme l'âme. Celle-ci est investie

dans le corps et la respiration. Elle demeure dans le corps jusqu'au

moment de notre mort.

d'elle s'appelle le uxlab.

créés à partir de telles interactions.

L'une

os rêves sont façonnés et

Le deuxième aspect de l'âme est tout autre. Parfois, les Mayas

utilisent le mot Nawal pour décrire cet aspect de l'âme. Le mot est

emprunté au nom Nahualt nagual et cela signifie exactement la même

chose. Le nagual n'est pas dévolu à l'organisme mais peut se déplacer

librement à travers le plan astral et le plan spirituel, ce qu'il fait

pendant que nous dormons. Lors de ses voyages, il rencontre et

interagit avec d'autres naguals voyageurs, qu'ils soient humains,

animaux, végétaux ou même minéraux. N

Alors que tous les êtres vivants possèdent une essence nagual ou

spirituelle, le nagual d'un être humain se distingue de celui des autres

êtres vivants. Notre nagual peut être plus justement appelé uk'ij

uwach, ce qui, dans la langue K'iche ', signifie littéralement "le visage

de son jour". En d'autres mots, c'est l'énergie modèle ou l'empreinte

du jour du Calendrier Sacré où nous sommes nés. Notre signe du jour

est notre nagual, notre essence spirituelle, notre empreinte

archétypale. Et c'est cette âme qui rêve.

Les rêves sont un sujet de discussion important au sein des

communautés traditionnelles mayas. Les rêves sont faits pour être

partagés avec les autres. Nous devrions remercier même nos pires

cauchemars car ils constituent des signaux d'avertissement, nous

alertant sur le fait que nous avons besoin d'agir et de changer

quelque chose dans nos vies qui ne sert pas notre objectif.

L'importance des rêves est démontrée par la façon dont les Mayas en

parlent.

Ils utilisent une terminologie et une syntaxe spéciales qui sont

également utilisées lorsqu'ils racontent des histoires ou des mythes

anciens mais qui ne sont pas spécifiques au langage quotidien. En

d'autres termes, même les "rêves ordinaires" sont des mythes et

sont décrits à travers un discours mythique.

Alors que les "rêves ordinaires" ont de l'importance, ils ne sont

cependant pas aussi significatifs que les rêves chamaniques ou

archétypaux. Ces derniers constituent une catégorie de rêves

totalement différente en ce sens que nous ne les expérimentons que

lors d'un éveil de la coyopa. Dans le langage commun, coyopa se

réfère aux "éclairs en nappe" du type de ceux qui scintillent au-

dessus des montagnes et des lacs. Ce phénomène naturel trouve sa

correspondance dans le corps humain; coyopa peut aussi signifier "le

corps de l'éclair" ou " l'éclair dans le sang." Des chercheurs

spirituels ayant séjourné parmi les Mayas ont attiré l'attention sur

l'étroite correspondance existant entre le concept Maya de coyopa

et celui de la kundalini en sanskrit. Coyopa et kundalini sont reliées à

l'image du serpent. Des textes yogiques décrivent la kundalini comme

étant la "puissance du serpent". Les éclairs de la foudre sont eux

considérés par les Mayas comme les "serpents du ciel. "

Certaines personnes sont nées avec la coyopa -ou l'éclair de l'âme-

pleinement activée; d'autres la développent ou l'ont éveillée à

travers de puissantes expériences spirituelles. La moitié des signes

des jours contiennent "de la coyopa naturelle"; ceux qui sont nés

pendant ces jours-là le sont avec le "corps de l'éclair" déjà éveillé et

possèdent donc une plus grande capacité de vivre des rêves

archétypaux. Alors que divers enseignants ont des opinions

différentes, le Gardien des Rêves Andres Xiloj de Momostenango a

cité ces signes des jours : Akbal, Chicchan, Cimi, Manik, Lamat, Eb,

Ben, Ix, Men et Caban. (permettez-moi de préciser que bien que ce

soit une technique K'iche', j'utilise des noms Yucatec pour les signes

des jours car ils sont plus familiers pour la plupart des gens.)

Certaines personnes expérimentent un éveil de coyopa lors

d'expériences spirituelles inhabituelles ou lors d'une cérémonie

initiatique chamanique.

Si la coyopa est éveillée, les dieux eux-mêmes nous contactent

directement à travers nos rêves en utilisant l'énergie de coyopa

comme moyen de communication entre leur monde et le nôtre. Les

dieux nous transmettent des messages - ou du moins, ils essaient de

le faire. Les Mayas croient que les rêves sont épineux, essayant sans

cesse de se jouer de nous en rendant les messages difficiles à

retenir ou à déchiffrer. De nombreuses personnes au sein de notre

société occidentale ont signalé des rêves où un "vieux sage" ou

"vieille sage" leur apparaît en apportant un puissant message. Dans la

plupart des cas, les véritables paroles de ce message sont perdues et

oubliées. Les Mayas croient que cela fait partie intégrante de l'Art

de Rêver. Nous devons apprendre à rêver avec clarté et lucidité afin

que les messages qui nous sont communiqués par les dieux demeurent

dans notre mémoire et soient accessibles à notre esprit conscient

après que nous nous soyons réveillés. Agir par rapport au désir

inhérent d'oublier est un combat. Un rêveur archétypal est un

guerrier spirituel.

Comment, alors, allons-nous cultiver ces rêves archétypaux? De toute

évidence, nous devons prêter attention au jour où les rêves se

produisent. Les signes énumérés ci-dessus étant spécialement

privilégiés par la coyopa sont des jours où les rêves archétypaux sont

particulièrement susceptibles de se produire. Nous pouvons

également essayer d'induire de tels rêves avec des techniques de

méditation. Par exemple: Buvez un verre d'eau tiède mélangée à une

cuillère à soupe de jus de citron. Faites ceci environ une heure après

le repas afin de vous donner le temps de digérer ainsi que de vous

donner le temps d'aller plusieurs fois aux toilettes avant d'aller vous

coucher.

Pendant l'endormissement, pratiquez des respirations profondes et

régulières. Videz votre esprit de toutes pensées et inquiétudes

relatives à la journée qui vient de s'écouler, à la journée à venir, ou à

la vie quotidienne de manière générale. Au lieu de cela, imaginez les

ailes d'un oiseau battant lentement et en cadence, les ailes du nagual

vous transportant dans le monde du rêve.

Laissez le mouvement serein du vol du nagual vous guider vers la

magie d'un rêve archétypal. Il est dit que les rêves qui se produisent

dans les heures précédant l'aube, juste avant le réveil, sont les plus

importants.

Il est intéressant de noter que l'interprétation Maya des rêves est

extrêmement individualisée. Les Gardiens des Rêves Mayas ne font

pas d'interprétation selon une liste définie de symboles du type que

l'on peut trouver dans un quelconque ouvrage de "sorcière gitane" ici,

aux États-Unis. Le symbolisme du rêve est, en substance, unique pour

chaque individu rêveur et sa perspective de la vie. Nous devrions

toujours faire un compte-rendu du jour lors duquel un rêve se produit

et prendre en compte la signification symbolique du signe du jour lors

de l'approche de notre rêve.

Si un rêve demeure "incomplet", en ce sens que les paroles du dieu ne

sont pas mémorisées par le rêveur ou que le souvenir du rêve semble

imprécis et sans message clair, l'enseignant peut demander à

l'apprenti chaman de recréer le rêve et d'y entrer à nouveau pour le

terminer. Ceci, bien sûr, est une technique étroitement liée à ce que

l'on pourrait appeler "le rêve lucide", dans le sens où le rêveur est un

participant actif plutôt que passif. Ici encore, le Calendrier Sacré

est d'une grande importance. Disons qu'un tel rêve archétypal

"incomplet" -ou divine communication- a eu lieu le 4/Chuen.

La prochaine récurrence d'un jour Chuen aura lieu vingt jours plus

tard; ce sera le 11/Chuen. Au cours de ces vingt jours, le Gardien des

Rêves va méditer sur le rêve et sa signification dans la perspective

de tenter de le réintégrer et de l'amener à son terme. La tentative

de réintégrer le rêve aura lieu le 11/Chuen.

Bien que les sources de connaissances de Carlos Castaneda

demeureront sans doute toujours controversées, il est communément

admis que son livre sur l'art de rêver est l'un des manuels les plus

concrets et efficaces pour induire des rêves lucides. Cependant, ce

n'est pas tout le monde qui a la capacité de devenir un rêveur lucide.

Dans ce cas, il est possible d'entrer dans un état méditatif en

utilisant tous les pouvoirs de l'imagination pour recréer visuellement

le paysage du rêve tel qu'il était lorsque celui-ci a pris fin. Ensuite,

projetez votre âme profondément jusqu'au cœur de ce paysage et

attendez de voir ce qu'il se passe. Qui apparaît ? Que disent-ils?

Quels messages vous offrent-ils ?

Y a-

t-il des animaux présents?

Voilà mes amis, c'est tout pour le moment. À l'avenir, j'espère

pouvoir échanger d'autres techniques du cheminement Maya. Depuis

que j'ai publié il y a de nombreuses années l'horoscope des cinq-

signes de l'Arbre de Vie dans 'Jaguar Wisdom' (la Sagesse du

Jaguar) j'ai eu la chance d'apprendre certaines choses concernant

une technique plus avancée utilisant neuf signes du jour (dix, si vous

comptez l'Année du Seigneur). Avant de partager ces techniques

avec vous, il me faut obtenir la permission de mes enseignants au

Guatemala. Ils ont partagé avec moi leurs significations particulières

pour chacun des treize nombres ainsi qu'une technique de méditation

spécifique que certains Gardiens des Rêves appellent "le Vol du

Serpent à Plumes» impliquant qu'un mois lunaire soit mis de côté lors

de chacun des cycles Tzolkin afin d'accomplir une série de spéciales

méditations guidées. J'espère que mes enseignants me permettront

de partager ces cheminements merveilleux avec vous.

Jusque-là, vous pouvez visiter

ou

www.jaguarwisdom.org www.twitter.com/jaguarwisdom (en anglais)

Traduction Française: P. Linda Steketee

linda@mayanmajix.com

www.maya-portal.net

Partager cet article
Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 14:18
Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 16:41
Au commencement était le rêve...
Dans les croyances chamaniques, certains rêves sont considérés comme des enseignements provenant directement du monde des esprits. Par leur intermédiaire, les chamanes ont accès à des informations vitales pour eux-mêmes et leur communauté Ces « grands rêves » sont au centre d’une pratique onirique très élaborée.
Tout commence par une anecdote hypothétique qu’il m’arrive de raconter lorsque l’on me demande d’expliquer comment le chamanisme a été inventé par l’Homme. En effet, comment nos ancêtres préhistoriques en sont-ils venus à utiliser des états modifiés de conscience pour faire voyager leurs âmes dans un autre monde ? Et surtout, comment en sont-ils venus à utiliser ces états modifiés de conscience pour résoudre des problèmes de la vie courante, ce qui est aujourd’hui encore le but de la pratique chamanique ?

Je me plais à imaginer une tribu regroupée autour d’un feu ; la nuit est froide et cela fait plusieurs jours que les chasseurs n’ont pas ramené de gibier. Dans le regard des uns et des autres, on peut lire la faim et la peur. Au petit matin, une femme du groupe raconte que durant son sommeil, son âme a voyagé de l’autre côté de la montagne, et que là, elle a vu un troupeau de bisons. Elle les a vus paître et ruminer. Elle a senti leur odeur et leur force. Ne doutant pas une seconde de ce que cette femme a pu voir et ressentir, les chasseurs de la tribu s’en vont de l’autre côté de la montagne et reviennent le soir même avec assez de gibier pour tout le monde.

La femme qui a rêvé est bien évidemment remerciée : elle reçoit une patte de bison, comme cela se fait aujourd’hui encore dans certaines peuplades traditionnelles, et sa capacité à « voir » en rêvant est considérée comme une bénédiction pour la tribu. On lui demande alors d’affiner ses perceptions et de trouver un moyen d’accéder au monde des rêves sur demande, selon les requêtes, de jour comme de nuit.

C’est comme cela que j’imagine la naissance du chamanisme : grâce à un rêve. 


Le voyage de l’âme


Pour comprendre la manière dont le rêve s’inscrit dans la pratique chamanique, il est nécessaire d’avoir à l’esprit que pour les chamanes, l’âme n’est pas une entité monolithique immuable. En effet, contrairement à la manière dont elle est décrite dans certaines cosmologies religieuses, l’âme chamanique change, elle évolue, elle vit une vie d’âme, parfois très aventureuse. Et surtout, elle voyage, parce qu’elle est indépendante du corps et qu’elle le quitte régulièrement, par exemple au moment du sommeil.

C’est autour du voyage de l’âme – ou voyage chamanique – que les chamanes ont construit leurs pratiques, leurs techniques et leurs cosmologies. En apprenant à provoquer ce voyage intentionnellement, ils sont parvenus à se frayer considèrent comme étant la réalité ultime sous-tendant la réalité visible dite « ordinaire ». Cette réalité ultime est parfois appelée l’ « autre monde », bien qu’elle soit en fait « le » monde qui forme la trame de toutes les réalités, y compris celle du rêve.
Au départ, il y a cependant une différence subtile entre le voyage chamanique proprement dit et le rêve : l’un est provoqué volontairement par l’intermédiaire de diverses méthodes, les plus répandues étant l’utilisation de rythmes et de chants, ou l’ingestion de plantes psychotropes, alors que l’autre a lieu spontanément durant le sommeil. Mais lorsque le voyage chamanique et le rêve coïncident, qu’ils fusionnent en un seul et même continuum onirique, les « grands rêves » font leur apparition. 

Il y a plusieurs types de grands rêves : certains d’entre eux contiennent un enseignement spécifique, des informations vitales ou une rencontre avec un esprit allié (voir encadré), alors que d’autres avertissent le rêveur d’un danger à éviter ou d’une situation conflictuelle à résoudre. Dans tous les cas, les grands rêves sont généralement faciles à reconnaître, parce que leur contenu est exceptionnellement riche et profond. En plus de cela, ils génèrent des émotions très fortes et surtout, ils sont indélébiles. Des années après, leur présence est toujours palpable, comme s’il suffisait d’une étincelle pour les raviver. Leur degré de réalisme est tel qu’à long terme, il arrive qu’ils se confondent avec des souvenirs de la vie ordinaire. Dans les peuplades chamaniques traditionnelles, l’interprétation des grands rêves est au centre d’une véritable science onirique. Des grilles de lecture extrêmement complexes y ont été créées afin de fournir un cadre explicatif aux escapades nocturnes de l’âme. Les présages et les signes perçus dans le monde des rêves y sont considérés comme des informations à prendre très au sérieux.

Cela a parfois pour effet de rendre la vie diurne au moins aussi compliquée que la vie onirique, car à chaque grand rêve correspond une ou plusieurs actions à mener dans la réalité ordinaire, si bien qu’en plus des tâches de la vie courante, des tâches liées aux rêves doivent être entreprises quotidiennement. Leur nature dépend du type de grand rêve : dans le cas d’un rêve contenant un enseignement, il faudra le mettre en pratique dans la vie quotidienne, mais si le rêve annonce un danger ou un problème à résoudre, il s’agira, comme l’explique l’anthropologue Michel Perrin (1), « de le “faire passer” en modifiant ses projets et en accomplissant des actes rituels appropriés »


Neutraliser un rêve


Lorsqu’un grand rêve contient des informations mettant en danger l’équilibre de la communauté – ou même parfois sa propre vie –, le chamane spécialisé dans le travail sur les rêves peut parvenir à le neutraliser en agissant directement à sa source dans l’autre monde. Cela permet de court-circuiter la nécessité d’entreprendre une action rituelle dans la réalité ordinaire. Cette neutralisation est généralement entreprise le matin au réveil ou, si le rêve a réveillé le chamane durant la nuit, directement dans l’état de semi-inconscience qui s’en suit. Le chamane fait alors un voyage chamanique dans le but de retourner dans son rêve et de le remodeler – ou de le « reprogrammer » – vers une issue positive.

S’il a par exemple rêvé qu’il est en conflit avec une personne de son entourage, il va retourner dans ce rêve et y résoudre ce conflit en discutant avec la personne concernée comme si elle était effectivement présente – et d’un point de vue chamanique, elle est effectivement présente, puisque son âme est présente. Il peut également dénouer les noeuds énergétiques qui génèrent leur différend. Le chamane revient ensuite de son voyage et attend que les résultats de son travail prennent forme dans la réalité ordinaire. L’efficacité de cette neutralisation s’explique par le fait que dans les cosmologies chamaniques, l’autre monde se situe en amont de la réalité ordinaire – il en est la source –, et toute action entreprise en lui a une répercussion sur le monde visible.

La neutralisation des rêves est une approche active orientée vers une résolution rapide et efficace des problèmes. Le monde des rêves y est perçu comme un lieu décisif où se joue le sort de l’individu et de sa communauté, et les chamanes y ont un rôle déterminant à jouer, parce qu’ils travaillent dans le but de modifier le cours des événements visibles et invisibles afin que l’équilibre entre les réalités soit maintenu. 

(1) Citation tirée de : Perrin Michel, Les Praticiensdu rêve, un exemple de chamanisme, PUF, 1992,p. 66.
Dimanche 24 Avril 2011 / Par Laurent Huguelit sur http://www.inrees.com/
Partager cet article
Repost0

Connexion Quantique

Profil

  • connexion-quantique.over-blog.com
  • ALEX SPYR 
Praticien de Shiatsu formé par Michel Odoul
Diététique énergétique Chinoise
Do-In (Auto_Shiatsu)

Créateur de la Connexion Quantique 

Auteur Compositeur interprete
  • ALEX SPYR Praticien de Shiatsu formé par Michel Odoul Diététique énergétique Chinoise Do-In (Auto_Shiatsu) Créateur de la Connexion Quantique Auteur Compositeur interprete

MUSIQUE

Recherche

CANAL CONNEXION QUANTIQUE

POUR VISIONNER CE CANAL TV OU VIDEOS
ARRETEZ LE LECTEUR AUDIO EN BAS DROITE